La nymphoplastie

De petites lèvres hypertrophiées dépassant des grandes lèvres sont cause d’inconfort. Non seulement elles sont irritées par le frottement sur la lingerie, notamment lors de la pratique de sport, mais elles rendent parfois disgracieux le port de vêtements serrés comme un maillot de bain ou un jean. En outre, il arrive qu’elles puissent s’interposer douloureusement lors de la vie intime.
L’intervention, appelée nymphoplastie de réduction, consiste à ramener chirurgicalement la largeur des petites lèvres à celle des grandes. L’excès de muqueuse est retiré et suturé à l’aide de fils résorbables afin d’éviter un retrait des fils douloureux . L’opération se pratique généralement en ambulatoire sous anesthésie vigile mais peut se faire sous anesthésie générale. Le traitement de l’hypertrophie des petites lèvres génitales est devenue une demande fréquente auprès des chirurgiens plasticiens du fait de la gène physique et esthétique qu’elles provoquent.

 

Quel est le principe de la nymphoplastie?

La nymphoplastie “labiaplastie” consiste à réduire la taille des petites lèvres génitales en cas d’hypertrophie de celle-ci. Chirurgicalement il existe, plusieurs techniques pour réduire la taille des petites lèvres mais les deux principales sont la technique longitudinale et la technique par plastie en V.

La technique longitudinale :

Il s’agit de la technique la plus pratiquée en France, elle permet de faire une exérèse cutanéo-muqueuse de la partie excédentaire de la petite lèvre de façon longitudinale. Il existe très peu de trouble de cicatrisation avec cette technique « la cicatrisation se fait généralement en 15 jours ».Dans de rares cas il peut survenir une dyspareunie avec cette technique « douleur pendant les rapport », généralement ce trouble est transitoire. Malgré cela le taux de satisfaction après ce type de chirurgie est très important.

La technique avec plastie en V :

Cette technique plus récente à l’avantage de cacher la cicatrice à l’intérieur pour diminuer les risques de désunion cicatricielle. Cette technique permet d’effectuer des réductions de moyenne à petite importance. En cas hypertrophie majeure des petites lèvres cette technique n’est pas indiqué.

 

S’agit-il d’une intervention fréquente?

Oui, de nos jours les patientes n’hésite plus à avoir recour à la chirurgie pour traité une gène profonde qui touche leur intimité. Souvent de sont des amies qui leur recommande un chirurgien qui les a déjà opéré avec succès. Les derniers chiffres montre que cette intervention est en augmentation croissante depuis une dizaine d’année.

L’intervention de nymphoplastie est-elle douloureuse?

La chirurgie de réduction des petites lèvres n’est pas douloureuse, il existe cependant un inconfort car l’œdème post opératoire peut-être important.

NB: Si la douleur est intense il faut contacter rapidement votre chirurgien pour vérifier qu’il n’y ai pas de complications pos-opératoire, ce qui est rare dans ce type de chirurgie.

 

Est ce le fait de fumer ralentit la cicatrisation?

En effet, le tabac ralentit la cicatrisation post opératoire car la nicotine a un effet vasoconstricteur sur les vaisseaux sanguins. Le risque de désunion cicatricielle est aussi augmenté lorsque l’on fume. C’est pourquoi il est conseillé d’arrêter de fumer avant ce type de chirurgie.

Suites Opératoires:

La chirurgie de réduction des petites lèvres « nymphoplastie » est généralement peu douloureuse, cependant une gène à lors de la marche peut-être ressentit les premiers jours.
Les sutures se font aux fils résorbables, il n’y a donc pas de retrait des fils à effectuer. Une visite post opératoire avec votre chirurgien est conseillé pour vérifier le bon déroulement de la cicatrisation.
L’activité sexuelle est possible au bout d’un mois.

Vous pouvez prendre rendez avec le docteur David par internet en cliquant ICI

nymphoplastie nice

Nymphoplastie de réduction

chirurgie esthétique intime

Nymphoplastie de réduction Technique longitudinale

 

réduction petite lèvre nymphoplastie

Nymphoplastie de réduction Technique transversale